Shooting vidéo produit studio
Shooting vidéo produit
10 avril 2020
Storytelling-Film-entreprise
Storytelling et Film d’entreprise
4 mai 2020
Show all

Tarif d’un film d’entreprise

zeuglodon

Quel tarif pour un film d’entreprise ?

Quel est le tarif pour un film d’entreprise ? Combien ça coûterait de faire une vidéo pour présenter mon activité ? Votre concurrent me propose de le faire pour bien moins cher …

Autant de questions et de remarques que l’on peut avoir quand on aborde la question du prix.
« Combien coûte un film de présentation d’entreprise ? »

Tout d’abord, il n’y a pas de réponse toute faite à cette question. C’est comme si on demandait combien coûte une voiture.
Avant de vouloir le prix d’un produit ou d’un service, il s’agit dans un premier temps de bien définir celui ci : qu’est ce qu’on veut, pour quel usage, pour combien de temps, combien de personnes…
Si l’on poursuit l’analogie avec la voiture, qu’est ce qu’on attend de celle ci ? A-t-on besoin qu’elle aille vite, très vite, qu’elle embarque du monde ou pas? Doit elle être à la fois belle et puissante ou discrète et pratique ?

L’usage peut expliquer le tarif d’un film d’entreprise

On s’en doute, entre une voiture qui permette simplement de se déplacer pour aller à la boulangerie, ou une voiture qui ait une chance de gagner une grande course, il va y avoir des différences. Les exigences ne seront pas les mêmes.

Pour une vidéo ou un film d’entreprise, c’est la même chose!
Est ce qu’on veut s’adresser à un maximum de monde ? a une cible précise ? dans un but précis ? Y a-t-il des exigences quant au contenu qui doit être abordé ? Ensuite, est ce qu’il y a des infos techniques à transmettre ? Ou alors, est ce que le projet s’insère dans une stratégie globale? ou encore est ce un oneshot ?

Quel usage

L’usage et l’utilisation de la vidéo vont définir un style et un format.
De par les choix qui seront faits quant à l’usage de la vidéo, on va pouvoir éliminer ou choisir certains styles. En effet, le motion design se prête plus facilement à certains contenus.
Par exemple la simplification d’un propos technique ou réglementaire font que le choix de l’animation graphique est souvent pertinent.
La mise en valeur d’une identité ou d’un savoir-faire vont faire que l’on se dirige plus vers un style particulier.
Lorsque l’on veut présenter un contexte, un environnement, on va aller vers un style plus cinématographique afin de mettre en place un style, une couleur d’image, une présence audio…

Le tarif de ces différents film d’entreprise ne sera évidemment pas le même. Par ailleurs, il peut s’expliquer et se justifier tout au long des décisions qui seront prises.

Motion Design

Cette technique peut ne nécessiter « qu’une seule » personne, responsable de la création et de l’animation graphique. Mais là encore, entre une adaptation de graphismes existants, et la création propre d’un personnage par exemple, le temps nécessaire n’est pas le même, et donc le tarif non plus.
Il faut également prévoir une conception de l’histoire à raconter, même si dans certains cas, le client peut déjà avancer pas mal à ce niveau.
Reste l’habillage sonore qui prend également du temps en plus.

Prise de vue

Dès que l’on prévoit de passer du temps en prise de vue pour faire des images, ce la signifie qu’il y a au moins le double de temps à passer ensuite pour la post production de ces images. (dérusher, monter, étalonner, habiller, exporter…)
Par ailleurs, si on peut plus ou moins « improviser » cette étape en fonction de ce qui se passe dans certains cas peu exigeants. La plupart du temps, ce qui fait une véritable différence de qualité finale, c’est la préparation qui aura été faite en amont.
Prévoir ce que l’on veut voir comme image permet d’optimiser le temps sur place pour cibler directement les actions à filmer. Et ce pour plusieurs raisons dont l’optimisation de la mise en place matérielle, l’éclairage notamment, on verra plus bas.

La post-production

Certains peuvent raccourcir en ne parlant que du montage. Mais quand on veut une véritable qualité d’image professionnelle, afin d’avoir une vraie latitude de traitement des images (pouvoir leur donner un style particulier, sur la couleur notamment) on filme dans un format d’image qu’il faut absolument traiter derrière.
Il y a donc plusieurs étapes

Les étapes de travail

  • Dérushage : on trie les images et on sélectionne les passages intéressants, utilisables, représentatifs …
  • Montage : on commence à structurer la vidéo en fonction de l’histoire définie en amont
  • Étalonnage : on travaille sur les contrastes, la luminosité, les couleurs des images pour que tout ça soit homogène.
  • Colorimétrie : on vient donner à l’ensemble un style colorimétrique particulier pour correspondre à une ambiance définie au départ. (l’impression que l’on a en regardant Amélie Poulain ou la série Ozark n’est pas la même)
  • Habillage sonore : on vient renforcer certaines actions, certaines ambiances ou mouvement. La musique vient prendre sa place.
  • Mixage audio : s’il y a une voix off ou une interview, les niveaux sonores doivent être équilibrés et adaptés…
  • Export : il faut maintenant « sortir » le fichier et l’exporter dans le ou les formats choisis. Comme quand on gravait des CD… Selon les logiciels, cela peut prendre du temps et de la ressource informatique, qui peut limiter la capacité d’un ordinateur. Un ordinateur capable d’exporter un film et de continuer à travailler sur du montage, et bien ça coute encore un peu plus cher.

Exemples de colorimétries différentes:
Festival You and MeVan AwayLa MancheClassic Dashboards

Bref, ces principales étapes de travail représentent pas mal d’heure devant un ordinateur.

Le matériel

Pour les différentes étapes présentées juste avant, il faut bien « un peu » de matériel. Un ordinateur qui encaisse un travail graphique d’animation et de rendu (pour visualiser non pas image par image, mais de façon fluide une animation) nécessite beaucoup de ressources.
Pour la prise de vue, même si dans certains cas, un matériel à priori simple peut suffire, ce dit matériel coûte déjà pas mal d’argent. Dans d’autres cas, il va falloir louer du matériel en plus. Que ce soit une caméra plus performante, du matériel pour le son, l’éclairage, la stabilisation et les mouvements de caméra, il faut vite beaucoup de matériel.
Suivant les projets, on peut faire appel à des figurants, acteurs, comédiens, voix off… et naturellement, il faut les rémunérer à hauteur de ce qu’ils font, en en respectant à la fois les barèmes réglementaires, et le savoir vivre. Si l’on veut du bon travail, il faut bien le payer.

Ma grand-mère disait toujours « tu payes 2 sous, tu en as pour 2 sous… »

Tarif d’un film d’entreprise

Tous ces critères et ses éléments sont à prendre en compte dans le tarif d’un film d’entreprise